Cathédrale Notre Dame et Saint Castor de Nîmes
FrançaisEnglishEspañolDeutschItaliano
Retour à la page d'accueil
L'origine

L'origineLa cathédrale médiévaleLa reconstruction de l'édifice gothique
Le premier document officiel attestant la présence active de chrétiens à Nîmes remonte au premier concile de Nîmes (réunion de près de 80 évêques des Gaules) en 394 ou 396. Il y avait donc à ce moment là, et déjà depuis plusieurs années -voire décennies-, dans cette cité importante de l’Empire romain, un évêque, St Félix et des bâtiments épiscopaux (évêché, baptistère, cimetière chrétien) ainsi qu’une église cathédrale, même modeste. Elle était très probablement bâtie sur l’actuelle place aux Herbes ou mieux, sous l’actuelle cathédrale, elle-même implantée sur le site d’un temple romain. Nous n’avons plus aucune trace assurée de cet édifice paléochrétien. Mais des fouilles conduites en 1920 par le Commandant Espérandieu sous la place aux Herbes ont fait apparaître un édifice religieux paléochrétien (V° s.) contemporain de St Félix, avec des colonnes, des mosaïques, des sarcophages, des sépultures. Le Cardinal de Cabrières, alors évêque de Montpellier, a connu cette campagne de fouilles et, la visitant, s’est écrié : « Voilà les bases de la première cathédrale de Nîmes ! » Cependant, rien de moins certain ! Par ailleurs, la campagne de fouilles conduites en 2005/2006 en vue de l’édification, place du Chapitre, de la fontaine-cascade actuelle a permis de mettre à jour les bases paléochrétiennes d’une église baptistère. Nous avons vraiment tous les éléments d’un complexe ecclésial épiscopal paléochrétien avec baptistère, église de funérailles et donc église cathédrale dans le proche voisinage. Le quartier chrétien s’est installé dans cette partie de la Cité au V°s.
Une nouvelle cathédrale à l’époque mérovingienne ou carolingienne est élevée sous l’emplacement de l’actuelle et précédée par un cloître dont on a retrouvé des substructures encore mentionnées dans un cadastre napoléonien du début du 19ème s. Cet édifice aurait donc été orienté Ouest-Est à l’inverse de l’actuel mais dans le même sens que celui dont on a retrouvé les fondations sous la place aux Herbes. L’an 808, l’empereur Charlemagne place la cathédrale de Nîmes sous sa protection. Il s’agit de cette seconde construction. Cette cathédrale connaît l’établissement d’un chapitre canonial, les chanoines de Nîmes (fin IX°, début X°s.).